Des glory holes pour le plaisir des femmes

gloryhole gay   gloryhole hetero

 

J’étais à ce moment là parcourue de frissons allongée sur ma serviette. C’était autant de frissons de fraîcheur que de désir…Romain du s’en apercevoir et me proposa de retourner à la villa afin de prendre une douche et pourquoi pas profiter du sauna…

Durant les glory holes 10 mn que duraient le trajet pour se rendre à la villa, nous discutions comme deux vieux amis lui et moi. Je me sentais dans un bien être total, j’avais l’impression à ce moment là que lui et moi étions seul au monde. De temps à autres je sentais sa main effleurée la mienne et j’espérais vainement au fond de moi qu’il s’en saisisse. Mais il ne le fît pas, par pudeur et respect pour son ami je pense, mais en tout les glory holes cas cela ne l’empêchait pas de temps a autres de lorgnait à nouveau ma poitrine….

Arrivée à la maison, je proposais à Romain de nous servir un apéro. Je montais alors à l’étage pour me changer et…prendre une douche froide !! Oui car la chaleur qui me taraudait le bas ventre ne m’avait pas quitté, il fallait que je redeviennes maître de mes émotions. Je prît une douche rapide, mais l’eau qui perlait le long de mon corps me fit frissonner de plaisir. Je n’osais même pas me savonner entre les glory holes jambes, car au fond de moi je savais ce qui se passerait si je venais à le faire….J’avais l’esprit envahie par la douceur et le visage de Romain !!

Je sortis rapidement de la douche et pris un autre maillot de bain. Pas n’importe lequel, puisque celui-ci mettait en avant bien plus mes attributs. Décidemment j’avais inconsciemment décidé de continuer la provocation…

Je rejoignis Romain dans le sauna. Une odeur très mirifique sans dégager. Hummm ça sentait bon le chlorophylle. Je m’installa sur la marche supérieure en m’allongeât. Romain me tendis le verre de whisky et à nouveau quand j’effleurai sa main, un délicieux frisson me parcouru. C’est sûr, il me faisait de l’effet….

Nous discutions de tout et de rien, mais mon esprit était totalement ailleurs. Je me mis à avoir des glory holes images torridissimes dans mon esprit. Et comme par enchantement, Romain me proposa de me faire un massage aux huiles essentielles. J’étais à ce moment là en pleine contradiction dans mon esprit, d’un côté je voulais follement sentir les glory holes doigts de Romain sur mon corps et d’un autre côté j’avais l’image de mon cher et tendre époux. Mais l’appel de la chair étant le plus fort, j’acceptais sa proposition.

Il mis un peu d’huile dans ses mains et pendant se temps, je dégrafais mon haut de maillot et m’allongea totalement à plat ventre. les glory holes pointes de mes seins étaient très tendues, et quand je sentis le contact de ses mains à même ma peau, je les glory holes sentis encore plus se tendre qu’il ne l’était possible. J’étais totalement détendue et à la merci de ce massage haut en sensualité. Je sentais ses mains glissaient, c’était délicieux..C’est alors qu’il descendit légèrement le bas de mon maillot de bain, et là la sensation était bien plus terrible encore, je sentais la douceur de ses doigts envahir le creux de mes reins….Il ne resta pas assez longtemps à mon grand regret et ses mains glissèrent le long de mes jambes, pour parvenir à me pieds et enfin mes orteils. Jamais je n’avais imaginé qu’un massage à cet endroit là me ferais autant d’effet…Je n’avais hâte que d’une chose, c’était de me retrouvais allongé sur le dos, car là il était clair que nous déraperions ensemble dans les glory holes abîmes du plaisir…

Et c’est à ce moment fatidique que nous entendîmes la voiture de nos chers conjoints arrivée ! « Et mince » pensais je au fond de moi, pour rester polie ! Ils avaient décidemment choisis leur moment pour arriver ! J’étais furieuse et en même temps je me sentais coupable de ce qu’il aurait pu se passer, entre Romain et moi….

Plus vite qu’il ne faut pour le dire je remis le haut de mon maillot de bain, et Romain s’allongeât de tout son long. Heureusement d’ailleurs, car je pu apercevoir une bosse déformée le bas de son caleçon. Oui, Romain me désirait autant que moi je le désirais…

Mon cœur se mis à battre la chamade quand la porte du sauna s’ouvrit. Stéphane vint vers moi et déposa un léger baisé sur mes lèvres et demanda à Romain de venir l’aider à préparer le barbecue pour le repas du soir. A grand regret je vie mon beau Romain quittais le saune, et c’est avec sa charmante épouse que je me retrouver.

Croyez moi ou non, mais je crus que j’allais être mal à l’aise en sa présence en repensant à ce qu’il aurait pu se passer avec son cher et tendre, et bien c’était tout le contraire. Je m’étonnais moi-même par cette réaction. On se mit à papoter de lingerie ensemble, discussion très féminine il est vrai. Mais des glory holes flash revenaient sans cesse envahir mon esprit et je ne pouvais m’empêchais de voir le visage de Romain dans mon esprit.

La porte s’ouvrit à nouveau, et je crus défaillir en entendant les glory holes paroles prononcées par mon mari :
- On vient de recevoir un appel, Luc et Aline sont en ville il faut aller les glory holes chercher, qui vient avec moi, car Romain s’occupe du barbecue !

Il fallait vite que je trouve une excuse, l’opportunité de rester seule à nouveau avec Romain était bien trop belle.

- Chéri moi je ne peux pas, j’ai promis à maman de l’appeler vers 18h et tu la connais elle va me tenir la conversation au moins 20 minutes et de plus tu sais que le portable ne passe pas bien en ville. Mais vas-y Marie….

C’est le cœur battant que je l’entendis répondre par la positive. 5 minutes plus tard on entendis la voiture s’éloigner et je me trouvais à ce moment là dans l’encadrement de la porte de la cuisine et regardais mon cher Romain qui était de dos. Il se retourna et à ses yeux je compris que nous n’éviterions pas cette fois l’irréparable……

----------------

J’étais tranquillement en train de préparer les glory holes ustensiles nécessaires à la préparation du barbecue que mon épouse vint me voir en me demandant si elle pouvait accompagner Steph en ville chercher des glory holes amis.Je lui demandais alors de me rapporter de l’allume barbecue et je laissais tout en l’état pour aller me resservir un petit apéro dans le salon.

M’armant de la bouteille, j’entendis le bruit des glory holes pneus s’éloigner. Une grande gorgée de whisky pour prendre un peu de courage et nous revoilà face à face.
« Pour cette première journée, le destin a décidé de nous rapprocher » lui dis je
« Alors ne le contrarions pas » me répondit elle avec un petit sourire lourd de sens.
Dans la seconde, je me retrouvais en train de l’embrasser fougueusement, et je sentais qu’elle attendait ce moment autant que moi tant ses baisers étaient passionnés et frénétiques.
Je la fis s’assoire en la portant sur la table de la cuisine et, placé entre ses cuisses, je lui enleva son soutien gorge. Quelle poitrine !!!! Plein de désir, je lui embrassais d’abord le sein droit, puis jouais de la langue sur son téton dur et dressé de plaisir. Son instinct de femme parla alors et elle me dit « vient, on va dans la chambre d’amis, on serra plus tranquille. »
Nous avons donc monté les glory holes escaliers 4 par 4 en nous tenant par la main et je l’embrassais déjà contre la porte de cette chambre.
Profitant d’être debout, nous avons fait tombé les glory holes derniers barrages qui nous retenaient : sa culotte et mon maillot, nous retrouvant pour la première fois nu l’un devant l’autre.
Mon sexe était au bord de l’explosion, tendu comme jamais et j’avoue moi-même avoir été étonné de ses proportions que je ne me connaissais pas moi-même.
Elle s’en rendit compte et me fit asseoir sur le lit. Elle se mit alors à genoux et enfourna mon sexe dans sa bouche. Non seulement elle était très belle, bien plus sensuelle que toutes les glory holes femmes que j’avais rencontrées jusqu’à présent, mais elle savait aussi très bien s’y prendre.
Excusez moi, mais quelle pipe !!! Tantôt elle m’embrassait délicatement, ce qui m’envoyait de véritables décharges d’énergie dans tout le corps, tantôt elle jouait de sa langue tout autour de mon gland où me léchait sur toute ma longueur comme un esquimau, et tantôt elle m’enfournait du plus profond qu’elle pouvait.

Je ne peux pas critiquer les glory holes autres femmes ni la mienne quand au fait qu’elles voulaient toutes me faire plaisir, mais avec Christelle, on sentait qu’elle y prenait aussi beaucoup de plaisir, quoi de plus flatteur pour un homme ?

En tout cas, à force de ce traitement je l’ai avertie que j’allais bientôt « venir », elle prit donc une serviette pour ne pas en mettre partout, entoura mon sexe de ce linge et finit de me branler jusqu’à ce que je me déverse en de longs spasmes dedans.
Puis elle m’essuya et finit de me laver à la langue. Après cela, j’avais envi de lui donner autant de plaisir et de fougue qu’elle m’en avait donné.
Je l’a fit donc s’allonger, cuisses écartées, et vint mettre ma tête dans son antre déjà détrempée. Je commençais par la lécher le long de ses grandes lèvres sans appuyer sur un point en particulier. Je voulais juste la goûter, la boire même et son goût était fabuleux, un peu épicé. Puis ma langue se tortilla tout autour de son clitoris et sa main vint me serrer les glory holes cheveux, elle me guidait là où elle en avait envie et cette simplicité nous faisait nous sentir encore plus proche l’un de l’autre.
Puis elle me dit « viens » et je ne me fis pas prier. Je me mis au dessus d’elle, et la caressa du bout de mon gland. Puis le plaça à l’entrée de son antre. C’est étrange, mais en la pénétrant, je me fis remarquer qu’elle était encore étroite, et c’est agréable de se sentir encerclé de la sorte, un peu à l’étroit.
Elle mit les glory holes mains sur mes fesses et me poussa littéralement au fond d’elle. Je sentis la fin de son vagin taper légèrement le bout de mon gland. Ca y est, nus étions unis et profitant de ce moment tant attendu, nous sommes resté ainsi un instant sans bouger.
Puis nos lèvres se sont rencontrées et la frénésie s’est emparée de nos corps. Je me redressais pour regarder mon gland s’écraser contre l’entrée de son sexe à chaque pénétration, pour me voir disparaître en elle, nous étions devenu de vraies bêtes de sexe, toujours à la recherche de nouveaux angles de pénétration. Je lui mis ses cuisses sur mes épaules, et ainsi, je pouvais varier de façon extrême notre communion. Parfois nous nous attardions sur les glory holes différences de reliefs, je sentais ainsi toutes ses aspérités et les glory holes miennes, parfois sur la profondeur, et j’écrasais plus ou moins doucement mon gland contre sa paroi vaginale, ne pouvant pas rentrer complètement en elle.
Comme une vague, je sentis les glory holes muscles de son vagin se resserrer autour de mon sexe de façon spasmodique et dans un cri commun, je me déversais en elle par de puissantes saccades.
Continuant à s’embrasser, nous avons décidé de tout remettre en ordre, et quand amis et conjoints arrivèrent à la maison, la chambre d’amis était prête, le lit fait avec des glory holes draps tout frais, et nous attendions l’allume barbecue en finissant notre apéro.
Ce fut une soirée pleine de rire et de folie, nous avons bien profité de nos conjoints, mais je n’arrivais pas à enlever de mon esprit que c’était ma semence qui devait continuer à s’écouler tranquillement du sexe de ma maîtresse.

 





LA VIDEO DU JOUR
Gorgées de Foutre
le plan du site