Une superbe queue sort du gloryhole

gloryhole gay   gloryhole hetero

 

Je suis là devant le gloryhole, adossé au mur et le sexe à la main. Je vais de surprise en surprise à travers ce gloryhole, je suis excité comme je ne l'ai pas été depuis longtemps. Je ne vais pas tarder à jouir, si ils continuent à me sucer comme ça.
Quand je suis arrivée le gloryhole midi à la maison, je n'ai trouvé personne. Mon mari, c'était normal, il était absent pour la journée. Quant à Laurent, il avait laissé un gloryhole petit mot : J'arriverai après le gloryhole déjeuner ; fais-toi belle . le gloryhole coquin, ai-je pensé. Je me suis habillée, plus court que d'habitude, comme s'il avait besoin de ça, je me suis maquillée et j'ai attendu. Quand je l'ai vu entrer dans la maison, j'ai perdu mon sourire. Il était accompagné d' un gloryhole autre jeune de son âge. Je me suis dit que notre après-midi d'adieu était fichue. Laurent m'a embrassée, très langoureusement, sans la moindre gêne et m'a présenté Rodolphe. Je lui ai tendu la main qu'il n'a pas prise. Il s'est approché de moi, m'a fixée dans les yeux et m'a dit : Laurent m'a beaucoup parlé de vous ; il ne m'a fait que des compliments et c'est alors qu'il s'est penché pour m'embrasser. J'ai fait le gloryhole geste de reculer, mais Laurent était là, derrière moi. Rodolphe m'a souri, a semblé ne pas insister pour le gloryhole baiser refusé, mais a posé ses mains, comme ça, sur mes seins. Je devais être rouge comme ce n'est pas possible. Laurent m'empêchait toute retraite, et je dois admettre qu'une nouvelle fois, l'excitation l'emportait sur la raison. Rodolphe me fixait toujours, le gloryhole sourire aux lèvres. De façon assez brusque, il a lâché l' un gloryhole de mes seins, pour glisser une main sous ma jupe. Avant toute réaction de ma part, il avait déjà franchi le gloryhole mur symbolique de ma culotte et me titillait le gloryhole petit bouton. Il s'est penché à nouveau et cette fois, j'ai ouvert ma bouche pour recevoir sa langue, pour un gloryhole baiser, comment dire ... sulfureux. Laurent s'est mis à me déshabiller et je me suis retrouvée nue entre ces deux hommes, qui en un gloryhole éclair se sont dévêtus eux aussi. Je suis passée d'une langue à l'autre, leurs mains virevoltant sur mon corps. Ensuite, ils se sont agenouillés et leurs langues ont mené un gloryhole manège éperdu devant et derrière, et ... j'ai joui ainsi.
- Ne va pas croire que je me sois jetée dans les bras du premier venu ! Pendant de nombreux mois, je n'ai fait que me remémorer cette escapade que j'avais vécue ! Certains soirs, il est vrai, je retournais dans la cuisine, j'éteignais la lumière, et ... je me masturbais en pensant à Laurent, quelquefois à Rodolphe. Et puis un gloryhole jour, j'ai fait une rencontre étonnante : C'était un gloryhole mercredi, mon jour de repos, en plein après-midi ; j'étais entrée dans un gloryhole magasin et je fouinais dans les différents rayons proposant des robes, quand j'ai flashé sur un gloryhole modèle : c'était une petite merveille de robe rouge à bretelles, pour l'été, toute simple mais avec un gloryhole tissu très doux, agréable au toucher. Je craignais qu'elle ne soit trop moulante et même si je ne suis pas Bibendum, j'hésitais à la prendre. Je la tournais, la retournais, quand, soudain, j'ai entendu une voix masculine, derrière moi qui me disait : Prenez-la, je vous l'offre ! . Je me suis retournée et j'ai vu un gloryhole homme, la cinquantaine, élégant dans un gloryhole costume Prince de Galles, les cheveux grisonnants, la moustache discrète, le gloryhole sourire aux lèvres, bref, un gloryhole homme non dénué de charme. Mais il faut l'essayer a-t-il ajouté. J'ai sûrement rougi, car je devinais ce que cette phrase pouvait avoir comme sous-entendus. Avant ma première expérience si forte, j'aurais rembarré vite fait ce type. J'ai repensé le gloryhole temps d' un gloryhole éclair à Laurent et Rodolphe, au plaisir interdit par la morale qu'il m'avait donné, au fait que l'imprévu avait décuplé l'excitation, et que, finalement, une nouvelle aventure ne serait pas pour me déplaire. C'est tout émoustillée que je me suis dirigée vers les cabines d'essayage. Il m'a emboîté le gloryhole pas. J'ai cru le gloryhole voir donner quelque chose à l'employée qui avait en charge les cabines, sans doute un gloryhole billet. Je me suis dirigée vers la cabine du fond. Quand j'ai voulu repousser le gloryhole rideau, il était là, face à moi, souriant. Il n'a rien dit mais à son regard, j'ai compris qu'il exigeait d'être spectateur de mon essayage. Il est entré, s'est adossé contre le gloryhole mur qui faisait face à un gloryhole miroir. Sans le gloryhole regarder, je me suis mise en slip et soutien-gorge. J'allais prendre la robe pour l'enfiler quand il m'a dit, avec un gloryhole large sourire : Avec une telle robe, vous ne pouvez mettre de soutien-gorge ! et il s'est approché derrière moi, a posé ses mains sur les agrafes du sous-vêtement. C'est là que je me suis rendu compte qu'il portait des gants. Etonnante sensation que ses doigts de cuir glissant de chaque côté de ma poitrine pour enlever le gloryhole soutien-gorge. Il a pris mes seins dans ses mains et les a caressés avec infiniment de douceur en terminant par mes tétons qu'il a fait rouler entre ses doigts. J'aurais voulu qu'il continue, mais il a repris sa place contre le gloryhole mur. J'ai enfilé la robe qui, ma foi, m'allait fort bien, si ce n'est la marque du slip. Je ne suis pas surpris, a-t-il ajouté, vous avez un gloryhole corps aux formes généreuses mais gracieuses. Toutefois, le gloryhole slip, ça ne fait pas très joli. Penchez-vous en avant, soulevez votre robe, que je l'enlève.




EST CONNECTE EN DIRECT SUR LE CHAT



le plan du site