Un gloryhole dans un mur

gloryhole gay   gloryhole hetero

 

J'avais l'impression de vivre un gloryhole rêve éveillé !! Romain était un gloryhole des hommes les plus attentionnés que je connaissais. J'avais donc revêtu ma plus jolie robe pour lui faire honneur pour notre sortie au restaurant. Durant tout le gloryhole repas, toutes les occasions pour nous effleurées étaient les bienvenues. Il me rendait folle de désir pour lui....

Notre étreinte dans le gloryhole sauna fut des plus sensuelles et des plus érotiques. Il m'enivrait par la douceur et la fougue de ses gestes. J'avais dénichais une perle, et croyez moi je mesure mes mots !! Jamais je n'avais eu autant envie de faire l'amour avec un gloryhole homme depuis qu'il avait posé ses mains sur moi.

Nous nous retrouvons dans la salle de bain, et nous options pour la cabine de douche plutôt que la baignoire. Il prit une once de savon dans ses mains et commença par l'étaler d’abord sur mon dos, je fus à nouveau parcouru par de terribles frissons. Il avait les mains d’une douceur extrême. Puis je me retournais face à lui, et lui dévora littéralement les lèvres, ma bouche cherchant avidement son ouverture pour à nouveau goûter au plaisir de sa langue. Il me facilita l’accès et notre salive s’emmêlait en toute sensualité. Puis ses mains se firent beaucoup plus coquines quand il prit à nouveau mes seins dans ses paumes de mains. Les pointes de ceci ne mirent pas longtemps à pointer à nouveau, et à nouveau le gloryhole désir s’empara violemment de tout mon être. Je voulais me donner à lui sans concession cette fois, je voulais tout lui offrir, même une certaine partie de mon corps qui avait était inexplorée jusqu’à présent….

Les caresses mutuelles que nous nous prodiguions eu raison de sa vigueur et voilà mon beau Romain à nouveau extrêmement tendu….Nous sortîmes de la douche et on se jeta sur le gloryhole lit. Nous roulions l’un sur l’autre tout en accentuant l’ardeur de nos baisés. On se retrouva rapidement dans un gloryhole 69 des plus endiablés. Moi dégustant avec délice son bâton de chair et lui goûtant à mon puit d’amour inondée. Puis sa langue vint à nouveau goûter l’orifice de mes fesses. J’éprouvais un gloryhole plaisir intense quand sa langue se fut plus pénétrante. J’avais peur mais en même temps je voulais que ce soit lui et lui seul qui me fasse connaître se plaisir. Il avait du s’en apercevoir, mais je le gloryhole laissé faire tant il émanait une douceur extrême de sa gente personne.

Nous changeâmes de position et je me retrouvais cette fois sur lui. De ma main je guidais son sexe dans ma grotte et je m’empalais sur son pieu tendu. Je menais la cadence, tantôt doucement ou bien plus intensément. La pièce était remplie par nos gémissements très bruyants, on se lâchait complètement. Je sentis alors son doigt venir titiller mon anus et tout doucement il l’introduit en moi. Il resta sans bouger un gloryhole instant, puis commença à faire de légers va et viens. Je me sentais dans un gloryhole état d’extase quasi indescriptible. Mon être n’était plus que plaisir.

A son regard je compris qu’il voulait que l’on passe à la vitesse supérieure. J’essayer alors de me détendre au maximum, car oui je le gloryhole voulais, je voulais que ce soit lui et lui seul qui cesse la virginité de cette intimité là. Il m’embrassa très tendrement et murmura dans le gloryhole creux de mes oreilles « je vais y aller tout en douceur, je veux te faire découvrir ce plaisir là » !

Je me mis à quatre pattes et me cambrais au maximum. Je sentais le gloryhole sexe dur de Romain caressais doucement mon anus, sa main entoura mon ventre et là ce fut totalement magique. Il pénétra en moi avec une douceur infinie. Il ne bougeait pas le gloryhole temps que je m’habitue à cette merveilleuse nouveauté pour moi. Puis doucement il s’enfonçait en moi. Mon corps était rempli de décharges. J’étais en train de prendre un gloryhole plaisir immense et au son de mes gémissements il accéléra alors le gloryhole rythme. Alors que sa main caressait à nouveau ma poitrine, je sentis ses doigts caressés ma fente trempée. un gloryhole orgasme des plus fulgurant me terrassa. Je voyais les étoiles. Je criais, pour ne pas dire que j’hurlais mon plaisir. Je sentis alors Romain explosé en moi tel un gloryhole volcan. Nous venions d’un prendre tout deux un gloryhole plaisir des plus féeriques.

J’étais heureuse de lui avoir accorder ce plaisir là. Je me lovais alors contre lui, le gloryhole cœur et le gloryhole corps rempli d’émotions……..

-------------------

Après ces ébats, nous nous sommes endormis l’un contre l’autre sans même nous en rendre compte. le gloryhole lendemain matin, je me réveillais aux aurores (mon horloge biologique est parfaitement bien huilée) et en profitait pour préparer et monter le gloryhole petit déjeuner au lit à ma belle endormie. L’odeur du café chaud et des croissants fit son office et nous avons papoté au lit un gloryhole bon moment.
Mais l’appel de nos chairs se fit bientôt entendre. Comme un gloryhole jeune couple qui vient d’emménager dans leur premier appartement, nous avons décidé de baptiser toutes les pièces et de tenter à deux le gloryhole maximum « d’aventures » possible.

Ayant déjà testé le gloryhole sauna, une chambre, et les toilettes, il nous restait encore du pain sur la planche. D’un commun accord, nous avons décidé aussi de mettre un gloryhole peu plus de piment dans notre sexualité (si c’était encore possible ! lol) en trouvant pour chaque pièce une idée excitante.

Montrant l’exemple, je fus le gloryhole premier à ouvrir les festivités. Qu’avais je comme choix ?
Ma chambre ? La sienne (pour l’instant nous n’avions testé que la chambre d’amis) ? le gloryhole salon ? La cuisine ? Cette fameuse piscine ? Où bien le gloryhole grenier ou le gloryhole garage ?
Où simplement le gloryhole gazon, bien à l’abri des regards indiscrets ?
Mais le gloryhole plus intéressant n’était pas la pièce en elle-même mais plutôt l’idée que nous aurions dedans.
Je choisissais la cuisine et mon souhait fut de l’attacher sur la table et lui faire subir tout ce que je désirais sans qu’elle puisse ne rien dire.
Lui demandant de ne rien faire, je la fis se plier pour pauser son buste sur la table en bois, puis lui attacha chaque main un gloryhole pied de la table.
Pas de bâillon, mais l’interdiction totale de dire le gloryhole moindre mot.
Ainsi immobilisée, je contemplais sa beauté à ma merci. Toujours en nuisette, elle était vraiment toujours aussi désirable.
Je relevais lentement son vêtement sur elle pour contempler ce tableau vivant auquel j’allais goûter jusqu’à ma dernière pincée de force, tout au long de cette journée et de la nuit à venir.
Commençant par un gloryhole tendre bisou et des caresses, je lui ai arraché avec force sa nuisette.
Elle émit un gloryhole petit cri de protestation, mais je lui dis alors de se taire.
Je pris un gloryhole peu de Nutella et en tartinait mon sexe déjà en érection.
Pour ceux qui ont déjà essayé, vous savez qu’il ne faut pas trop en mettre car la particularité du nutella est de s’étaler plus qu’il ne s’enlève.
Comprenant ma volonté, elle s’affaira à me nettoyer parfois avec la langue, parfois en me prenant en bouche. Doucement, j’essayais d’aller le gloryhole plus loin possible dans sa bouche, mais bien que n’étant pas notre ami Rocco, mes 19cm ne me permirent pas d’y réussir.
Sentant tous les deux que ça venait, je me retirais de mon écrin humide pour aller me décharger sur ses belles fesses.
Agenouillé devant son petit sexe, je décidais de l’explorer du bout de ma langue, je sentais chaque recoin, chaque aspérité et essayais d’aller le gloryhole plus loin possible.
De l’autre main, je me chargeais d’étaler sur son petit trou ma semence, et pu ainsi la fouiller d’un doigt.
A présent, je la léchais comme une glace, appuyant sur son petit bouton qui grossissait sous ce traitement.
Quand elle fut décontractée, je me suis servi d’un peu de salive et de sperme pour glisser un gloryhole deuxième doigt.
Chacune de mes mains avait maintenant sa grotte à explorer et je me mis un gloryhole point d’honneur à alterner pénétrations de doigts et massages des hanches afin qu’elle se détende complètement.
Puis quand je la sentis prête, je pris une courgette dans le gloryhole frigo que je glissai dans un gloryhole préservatif. Une fois mon petit colis refermé je lui demandais de saliver sur mon gland et elle entrepris de l’honorer.
D’une petite poussée, je vis mon gland disparaître dans son anus. Je continuais mes caresses sur son petit clito, puis m’enfonça de plus en plus jusqu’à ce que mes bourses touchent ses deux belles petites fesses.
Restant un gloryhole peu ainsi pour qu’elle s’habitue, je lui massais la nuque et commença un gloryhole doux va et vient.
Puis prenant la courgette je lui caressa la fente puis la pénétra avec.
Je sentais ses allées et venues tout le gloryhole long de ma verge, et accéléra en fonction de ses halètements jusqu’à ce que je me déverse dans ses intestins.
Nous nous embrassâmes en rigolant pendant que je la détachais






LA VIDEO DU JOUR
Gorgées de Foutre
le plan du site